Summa jus, summa injuria (Général)

par Alain Gottcheiner @, vendredi 18 décembre 2015, 13:39 (il y a 559 jours)

(le degré le plus haut du droit est le degré le plus haut de l'injustice)

Hier soir, à l'arbitrage d'un interclubs, j'ai dû prendre une décision qui me gêne.

Les faits (non contestés) : un joueur rédige en dernière minute un billet comprenant le mot joué, tout à fait lisible, mais pas de score, et son raccord est OT au lieu de OUT. L'intention du joueur est claire, il n'y a aucun risque qu'il ait voulu joueur ailleurs (ou jouer sur deux tableaux).

Le règlement (fort contesté sur-le-champ mais finalement tout le monde est d'accord que c'est clair) : le raccord correct (OUT) étant formé de 3 lettres consécutives d'un même mot dont une fait partie du mot joué, et le raccord incorrect ne différant que par l'omission d'une lettre (ou l'interversion de deux lettres), la sanction est un simple avertissement.

Le capitaine adverse l'avait mauvaise.
Et je dois avouer que je suis d'accord avec lui.

Bon, on a assoupli le règlement en septembre 2014, et ce cas fait partie de ceux qui ne provoquent plus de zéro. Quand l'intention du joueur est sans équivoque, ce n'est pas forcément une mauvaise chose.
Mais peut-on alors m'expliquer pourquoi, au premier janvier, cette situation sera à nuveau sanctionnée d'un zéro ?
Car en effet, dans les cas limites, c'est le score revendiqué par le joueur qui sera garant de sa bonne foi. Et s'il n'écrit rien ...

Conclusion : le score de ce match aurait été sensiblement différent, vu que le milieu de tableau était très serré, s'il avait été joué trois semaines plus tard !

Pas glop.


Fil complet:

 Fil RSS du sujet

powered by my little forum