Summa jus, summa injuria (Général)

par Alain Gottcheiner @, vendredi 18 décembre 2015, 13:39 (il y a 558 jours)

(le degré le plus haut du droit est le degré le plus haut de l'injustice)

Hier soir, à l'arbitrage d'un interclubs, j'ai dû prendre une décision qui me gêne.

Les faits (non contestés) : un joueur rédige en dernière minute un billet comprenant le mot joué, tout à fait lisible, mais pas de score, et son raccord est OT au lieu de OUT. L'intention du joueur est claire, il n'y a aucun risque qu'il ait voulu joueur ailleurs (ou jouer sur deux tableaux).

Le règlement (fort contesté sur-le-champ mais finalement tout le monde est d'accord que c'est clair) : le raccord correct (OUT) étant formé de 3 lettres consécutives d'un même mot dont une fait partie du mot joué, et le raccord incorrect ne différant que par l'omission d'une lettre (ou l'interversion de deux lettres), la sanction est un simple avertissement.

Le capitaine adverse l'avait mauvaise.
Et je dois avouer que je suis d'accord avec lui.

Bon, on a assoupli le règlement en septembre 2014, et ce cas fait partie de ceux qui ne provoquent plus de zéro. Quand l'intention du joueur est sans équivoque, ce n'est pas forcément une mauvaise chose.
Mais peut-on alors m'expliquer pourquoi, au premier janvier, cette situation sera à nuveau sanctionnée d'un zéro ?
Car en effet, dans les cas limites, c'est le score revendiqué par le joueur qui sera garant de sa bonne foi. Et s'il n'écrit rien ...

Conclusion : le score de ce match aurait été sensiblement différent, vu que le milieu de tableau était très serré, s'il avait été joué trois semaines plus tard !

Pas glop.

Summa jus, summa injuria

par Louis Eggermont @, lundi 21 décembre 2015, 23:22 (il y a 554 jours) @ Alain Gottcheiner

Ça date au moins de 2012 l'erreur dans les trois lettres...

Mais si, comme le règlement 2016 le permet, tu paies des bulletins sans raccord ou avec raccord impossible, ça a des conséquences :

- peut-on distinguer un raccord impossible ou erroné d'une erreur dans les trois lettres? L'omission passe encore, mais l'inversion ou la modification, ce n'est pas toujours simple à repérer!

- le score est requis pour cette erreur. Sinon, on ne la distingue pas (ou encore moins) d'une tentative, d'un coup au hasard ou d'une erreur de lettre.

Summa jus, summa injuria

par Jean-Michel Hubert @, mardi 22 décembre 2015, 10:15 (il y a 554 jours) @ Louis Eggermont

Je dois avouer que j'ai suivi de loin les évolutions du règlement dans ces matières. Existe-t-il quelque part un guide explicatif ou bien faut-il lire le règlement pur jus ?

Merci,
Jean-Michel

Summa jus, summa injuria

par Alain Gottcheiner @, mercredi 23 décembre 2015, 13:15 (il y a 553 jours) @ Jean-Michel Hubert

Il y a des infos sur les changements dans le dernier Scrabbleur, juste paru.

Summa jus, summa injuria

par SpirouBinchois @, mercredi 30 décembre 2015, 22:59 (il y a 545 jours) @ Alain Gottcheiner

J'apprécie arbitrer mais plus les années passent et plus je trouve le règlement compliqué. Faudra-t'il bientôt passer un examen d'arbitrage pour effectuer ce petit bénévolat lors d'interclubs? Pour ma part, le joueur est responsable de sa grille et il est donc responsable de son billet... une erreur de raccord alphanumérique où dans le raccord de trois lettres même si les points sont bons, cela devrait être zéro.

Summa jus, summa injuria

par Xavier Leriche @, jeudi 14 janvier 2016, 16:05 (il y a 530 jours) @ SpirouBinchois

De mon côté, et après avoir accepté que l'incertitude ou l'erreur profite au joueur et donc que le billet remis ne fait plus partie intégrante du jeu, je paierai tous les billets à partir du moment où l'intention du joueur est claire (comme l'exemple ci-dessus).
Les cas litigieux seront tellement minimes qu'il faut arrêter de se casser la tête avec des exemples "limites".

Summa jus, summa injuria

par Louis Eggermont @, vendredi 15 janvier 2016, 09:23 (il y a 530 jours) @ Xavier Leriche

Tu auras de gros problèmes rarement. Mais qui seront toujours de gros problèmes.

Summa jus, summa injuria

par Alain Gottcheiner @, mardi 19 janvier 2016, 11:17 (il y a 526 jours) @ Xavier Leriche

Je suis d'accord avec Xavier sur le principe.

Mais si le règlemebnt s'oppose à "payer" un coup, comment peux- tu le faire ?

En tournoi, passe encore, mais je peux te dire qu'en interclubs, cela risque de gréer des situations aussi tendues que celle dont je parle, et la convivialité (que théoriquement ton idée tend à préserver) n'y gagne pas.

Summa jus, summa injuria

par Xavier Leriche @, mardi 19 janvier 2016, 15:45 (il y a 525 jours) @ Alain Gottcheiner

Le règlement est justement souple. Donc payer (avec pénalité de 5pts) ne posera pas de problème dans 99,9% des cas.
Peut-être y aura-t-il un "vrai" cas litigieux par an, en D1 ou D2. Faut-il vraiment se tracasser pour ça ? De toute façon, les enjeux sont quasi nuls...

Summa jus, summa injuria

par Jean-Michel Hubert @, mercredi 20 janvier 2016, 10:05 (il y a 525 jours) @ Xavier Leriche

Peut-être le règlement est-il plus souple mais il continue à souffrir de la même lacune de conception.

Le principe sous-jacent du règlement au Scrabble est idéaliste : il est censé prévoir tous les cas de figures. Cette tendance est confirmée dans les récents changements, où il faut pouvoir distinguer ce qui est anormal mais peut être payé. Or, aucun règlement ne peut régler tous les cas limites.

Dans le monde du golf, les règles existent depuis cent ans. Pourtant, des cas épineux peuvent se présenter. C'est là que l'humain intervient. C'est un point philosophique important, l'intervention de l'humain dans le processus d'arbitrage. Au tennis ou au football, on constate que les choses qui ont pour effet de restreindre la liberté de jugement de l'arbitre (par exemple des moyens électroniques de mesure) ont longtemps posé problème. Au Scrabble, la vision est inverse : les arbitres sont souvent relégués à un rôle de machine correctrice à qui on demande tout au plus de décrypter un éventuel gribouillis.

Je me réjouis donc de chaque mesure qui puisse redonner sa vraie place à un arbitre.

Jean-Michel

Summa jus, summa injuria

par Louis Eggermont @, jeudi 21 janvier 2016, 12:19 (il y a 524 jours) @ Jean-Michel Hubert

S'il fallait donner une place prépondérante au jugement humain, on mettrait des arbitres au saut en longueur qui estimeraient la mesure à l’œil.
C'est absurde. S'il y a un moyen d'avoir une mesure correcte et équivalente pour tous, on l'utilise. C'est ce qu'il se passe au football ou au tennis depuis qu'il y a la capacité de le faire.

Augmenter le jugement humain est aller dans le sens contraire d'une mesure sportive équitable.

Summa jus, summa injuria

par Jean-Michel Hubert @, jeudi 21 janvier 2016, 15:14 (il y a 523 jours) @ Louis Eggermont

Le point n'est pas de savoir s'il faut essayer de trouver des règles qui favorisent l'égalité sportive mais bien de savoir jusqu'où tenter de réglementer sans tomber dans "l'absurde", pour reprendre un mot audacieux.

Les billets de jeu ont été inventés pour gagner du temps en décalant les temps de correction et de jeu. Pas pour supprimer tout sens humain dans la démarche de comptabilisation des points ! Peut-être devrais-tu assister à une partie du Concours des Écoles pour comprendre ce que je tente d'expliquer.

Summa jus, summa injuria

par Louis Eggermont @, vendredi 22 janvier 2016, 11:04 (il y a 523 jours) @ Jean-Michel Hubert

Tu confonds une application souple en fonction du public (jeunes, débutants, amicales) et un assouplissement général y compris dans les compétitions où l'égalité de traitement doit rester la base du jeu, et où, oui, le traitement doit être au maximum automatique, univoque.

Summa jus, summa injuria

par Alain Gottcheiner @, lundi 25 janvier 2016, 14:31 (il y a 519 jours) @ Louis Eggermont

Avec le respect que je vois dois à tous les deux, ceci n'est pas le vrai débat.

Un règlement idéal -et le golf, précédemment mentionné, s'en rapproche, et plus encore le cricket- s'efforce de prévoir un maximum de choses de manière "mécanique", et dit explicitement dans quels cas l'appréciation de l'arbitre peut intervenir.

On peut préférer plus ou moins de ce dernier point. La synthèse de vos avis, et je suis d'accord, est qu'il y a plus matière à appréciation lorsque l'on a affaire à des joueurs moins chevronnés. Mais en tout cas il faut savoir précisément quand l'appréciation entre en jeu.

Et c'est là que je considère comme peu réaliste le point de vue de Xavier, qui, si je l'ai bien compris, voudrait élargir au maximum ces cas.

Si le règlement du bridge -que je prétends posséder à fond- est si souvent décrié, c'est que la place laissée à l'apprécdiation de l'arbitre, et surtout du comité d'appel, est considérable, et que différents comités pourraient rendre des verdicts très différents, ce qui laisse forcément un sentiment d'injustice. Je tiens à votre disposition un article que j'ai écrit à ce sujet.

Les aides à l'arbitrage mises au point au tennis, et qui commencent à l'être au football (et, encore une fois, au cricket), n'ont rien à voir, car là il s'agit de faire ce que l'humain ne peut pas faire, juger au millimètre en temps réel. Autre exemple : la photo-finish. L'équivalent au Scrabble, c'est le logiciel qui te donne toutes les solutions avec leurs valeurs - et même maintenant les solutions impossibles.
Et en effet, elles peinent à s'imposer, mais ce n'est pas par leur caractère mécanique ou par méfiance vis-à-vis de la technologie ; c'est plutôt parce qu'elles peuvent diminuer l'autorité des arbitres. Ce qui, à mon avis, n'est pas le cas des règles scrabblesques décidant des erreurs admissibles ou non.

Summa jus, summa injuria

par Alain Gottcheiner @, lundi 11 avril 2016, 13:28 (il y a 443 jours) @ Xavier Leriche

Il y a eu un beau cas ce dimanche : le top étant SOFTWARE, un joueur écrit SOFWARE, tout en notant le score correct.

D'après les nouvelles théories (le score prime) et d'après le point de vue de Xavier, on devrait accepter son bulletin.

Je ne suis pas sûr qu'il faille en arriver là. Disons que cela augmente le risque de voir un joueur tenter un coup mixte.

Mais le même joueur s'était auparavant vu refuser un billet dont le E était clairement un C, ce qui au fond n'est pas tellement différent (quid si on écrit le tiret du milieu un peu trop bas, et s'il vient surcharger celui du bas ?), alors que le score correspondait au coup avec E et qu'il n'y avait pas de C dans le tirage.

Autant dire que ça a fait pas mal de remue-ménage. Les arbitres semblent avoir été dans le bon vis-à-vis du règlement, mais cela va à l'encontre de l'idée de privilégier l'intention du joueur.

Alors, quid ? Mon âme contre un bouton de culotte que certains arbitres auraient accepté au moins le second cas. Et c'est là que le bât blesse : l'état d'esprit de l'arbitre va déterminer l'acceptation ou le refus du billet, non les mérites intrinsèques de celui-ci.

Pour rappel : je dois être le seul joueur à jamais s'être vu refuser un billet parce qu'il écrit trop bien. Je cite : "avec ta calligraphie, ce K ne peut pas être un X". Alors qu'il n'y avait pas de K dans le tirage !
(Le billet n'a pas été jugé en appel, parce que le capitaine l'a jugé inutile. Mais même à l'époque ça aurait dû passer)

Summa jus, summa injuria

par Alain Lisens @, mardi 12 avril 2016, 22:44 (il y a 441 jours) @ Alain Gottcheiner

Le score ne prime que s'il y a ambiguïté sur la place, pas sur le mot joué.

Dans l'exemple cité, le mot n'est pas écrit en entier; c'est donc zéro.

Summa jus, summa injuria

par Alain Gottcheiner @, mercredi 13 avril 2016, 17:28 (il y a 440 jours) @ Alain Lisens

C'est toutefois beaucoup moins clair dans le second cas cité (chronologiquement le premier). A moins de considérer que "le mot moins un trait", c'est "pas le mot en entier" ?

Mon enpérience est que l'on a déjà acepté des /\ pour des A, alors pourquoi pas un E sans barre médiane ?

Summa jus, summa injuria

par Alain Lisens @, mercredi 13 avril 2016, 17:33 (il y a 440 jours) @ Alain Gottcheiner

L'autre cas cité ne concerne que l'écriture d'une lettre (et non un mot incomplet).

Si le score indiqué correspondait à un E (et non un C), j'estime qu'il aurait fallu accorder les points.

Summa jus, summa injuria

par Alain Lisens @, mercredi 13 avril 2016, 17:52 (il y a 440 jours) @ Alain Lisens

Pour ce 2e cas, il faudrait quand même voir le billet pour juger si le doute est possible.

Summa jus, summa injuria

par Xavier Leriche @, vendredi 15 avril 2016, 00:14 (il y a 439 jours) @ Alain Gottcheiner

Aucun problème , je paie sans souci car score ok.

Fil RSS du sujet
powered by my little forum